Une délégation venue de l’Est, en tête à tête avec Tshisekedi, pour la pacification de la région

Views: 22

– Publicité-

Face à la recrudescence des massacres dans la partie Est de la République Démocratique du Congo, une délégation composée des femmes, des étudiants, tous membres de la société civile de Beni et de Butembo (Nord-Kivu) ainsi que de la province de l’Ituri, a été reçue ce dimanche 18 avril 2021 par le Président de la République, Félix Tshisekedi.

À la tête de cette délégation, le Professeur Julienne Lusenge qui, à cette occasion, a remis un plaidoyer au Chef de l’État en faveur de la pacification de la partie Est de la RDC.

En signe de paix, les membres de cette délégation étaient tous vêtus de blanc pour solliciter et obtenir l’implication de Félix Tshisekedi en tant que garant de la Nation en vue de mettre fin à l’insécurité et aux massacres de leurs populations, perpétrés dans leurs contrées.

Face au Chef de l’État, ces étudiants congolais, pour leur part, ont plaidé pour la reprise des cours à l’université et des enseignements interrompus à cause des attaques à répétition attribuées aux éléments du groupe rebelle ADF.

Le climat d’insécurité qui règne dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) a d’abord soulevé des mouvements de protestation de la part des habitants de cette région qui expriment ainsi leur ras-le-bol. Ces vagues de protestation qui durent plusieurs jours maintenant ont, depuis samedi dernier, trouvé un écho. La plateforme d’opposition LAMUKA a annoncé, samedi 17 avril 2021 à travers un communiqué, la tenue d’une marche projetée pour le 24 avril, en soutien aux populations de l’Est. “Nous disons NON au génocide du peuple congolais et NON à la balkanisation de notre pays”, lit-on dans un communiqué de cette plateforme.

Au regard de la recrudescence des massacres perpétrés à l’Est de la RDC, plusieurs manifestants ont paralysés certaines villes afin d’exiger le départ de la MONUSCO. À titre d’exemple, le mardi 7 avril, la population de Kasindi, une commune rurale transfrontalière avec l’Ouganda, excédée par les massacres à répétition commis par des éléments du groupe terroriste ADF, a barricadé la route pour empêcher un convoi de la MONUSCO de traverser et de passer par cette partie du territoire de Beni. En effet, ces dernières semaines, des manifestations se sont multipliées dans plusieurs parties de la province du Nord-Kivu, exigeant notamment le retrait de la MONUSCO dans la region de l’Est de la RDC. La population estime qu’il n’y a pas suffisamment d’engagement de la part de la MONUSCO pour la protection des civils, au point que la Cheffe de la mission onusienne au Congo, Bintou Keita, a été forcée de reconnaître il y a quelques jours lors d’un point de presse à Beni que ni les forces de l’ordre au pays, ni la MONUSCO ne sont parvenues à éradiquer les tueries dans cette ville, par exemple.

– Advertisement –

Hervé Pedro

Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items