Ressources humaines : La très rentable formation sur meure 

Views: 214

Dans un monde économiquement soumis à une dynamique accélérée, le chômage constitue un réel fléau social. Mais, l’affinement des filières de formation professionnelle donne la possibilité aux jeunes de bien s’armer pour tirer le meilleur bénéfice des opportunités d’emplois offertes par la diversification de la production économique en Afrique.

De manière générale, la promotion de l’entreprenariat jeunes irrigue les politiques publiques des États africains depuis les années 1990. En 2016, la Banque africaine de développement (BAD) lance en Côte d’Ivoire, une stratégie pilote en Afrique. Celle-ci permet de former des jeunes en entreprenariat agricole dans le cadre du projet « Agri-preneur à zéro franc ».  À cette occasion, 30 jeunes issus de la Côte d’Ivoire, du Libéria et de Madagascar s’exposent à une formation et bénéficient d’un suivi technique et d’un coaching de six mois pour le montage de leurs unités dans leurs pays respectifs. À une petite échelle, la BAD déroule ainsi sa vision pour l’emploi-jeunes autour de l’intégration, l’innovation et l’investissement, puissants moyens qui permettront aux jeunes Africains de contribuer au développement du continent. 

Les jeunes formés portés vers les métiers de la terre 

Il est à noter que la BAD trouve sur place un vivier de jeunes Africains initialement encadrés par les grandes écoles de formation spécialisées implantées dans divers pays du continent. On peut citer, par exemple, l’École inter-États pour l’hydraulique et le génie rural du Burkina-Faso, l’École nationale des sciences agricoles ENSA) du Cameroun, l’Institut africain d’informatique (IAI) du Gabon, les institutions supérieures de formation en sciences vétérinaires du Sénégal… De plus, au niveau strictement académique, le glissement des contenus du supérieur vers la professionnalisation des enseignements impose l’implication des expertises du secteur privé afin de répondre favorablement aux appels du marché du travail. 

Nonobstant ces efforts appréciables, le chantier de la formation des ressources humaines en Afrique devrait être densifié pour permettre de tirer le meilleur profit des opportunités attachées à la diversification du tissu économique du continent. Le président délégué du Conseil des investisseurs français en Afrique, Etienne Giros, ne s’est d’ailleurs pas privé de souligner que l’Afrique compte peu d’ingénieurs opérationnels, alors que les besoins sont colossaux dans le bâtiment, les travaux publics, l’énergie, le génie civil, la maintenance, la mécanique ou encore le numérique. 

Cependant, au-delà de cette observation, le renforcement de la professionnalisation et la recherche dans l’enseignement supérieur en Afrique ont eu pour conséquence la valorisation du potentiel entrepreneurial des étudiants. Dès lors, ces derniers s’investissent dans le montage de projets et la création de petites et moyennes entreprises qui représentent, généralement, 80 à 90% du tissu des entreprises. 

Le numérique sous-tend l’entreprenariat jeunes 

Sur le terrain des technologies du numérique, le génie des jeunes Africains s’exprime à souhait. Sous l’impulsion des dirigeants africains qui considèrent, à raison, le numérique comme une importante niche d’emplois, la capacité de ce secteur à façonner dans les incubateurs séduisent de plus en plus. Le principal enjeu étant la création des emplois, la contribution à la création d’une valeur ajoutée nationale et, par ricochets, la réduction du taux de chômage au sein de la population des chercheurs d’emplois et la promotion des possibilités d’auto-emploi. 

De ce point de vue, l’accompagnement des incubateurs en Afrique du Nord où l’Algérie, grand producteur de pétrole, est résolument engagée dans la voie de la diversification de ses activités économiques, s’accélère. Le mouvement est soutenu par les mécanismes d’InfoDev qui fournit un appui financier et technique à 21 pépinières d’entreprises dans onze pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Ce réseau bénéficie du financement de la Banque de développement de Bahreïn et compte 630 entreprises incubées, 4120 employés dans les entreprises incubées et 110 entreprises qui ont fini leur incubation sous l’encadrement d’InfoDev. 

Diversifier avec la BAD 

Dans le même ordre d’idées, la Banque africaine de développement met un accent particulier sur la réduction de la dépendance du Gabon aux hydrocarbures et autres ressources minéralières du sous-sol. La BAD inscrit au centre de ses appuis plusieurs mécanismes qui concourent à l’employabilité des jeunes Gabonais adossée sur la densification des soutiens financiers au secteur agricole du pays. Concrètement, l’institution financière panafricaine décaisse, dans le cadre de la première phase de ce programme d’appui à la diversification de la production économique gabonaise, une enveloppe de 131 milliards de FCFA, soit environ 200 millions d’euros. Du coup, de jeunes ingénieurs gabonais, hier handicapés par le manque d’appuis, ont trouvé dans ce partenariat, l’enthousiasme et la détermination à aller vers le travail de la terre qui, dit-on, ne trompe jamais. 

En fin de compte, le temps de la diversification des économies africaines, dont certaines reposent essentiellement sur les ressources du sous-sol, est une aubaine pour la masse croissante de lauréats des institutions de formations professionnelles publiques ou privées. Parce que les pouvoirs publics ne peuvent plus absorber les aspirants fonctionnaires, il devient urgent, pour enrôler les uns et les autres sur le chantier du développement de l’Afrique, que les États s’efforcent d’intégrer dans leur ordre de priorités, des mécanismes de financement publics et des incitations multiformes en relation avec les partenaires. Question de mettre définitivement l’emploi et l’auto-emploi au cœur des politiques de diversification économique. 

Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items