Patrick Muyaya : « l’état de siège permettra de mettre fin définitivement à plus de deux décennies d’assassinat »

Views: 19

– Publicité-

Au cours d’une conférence de presse tenue ce 4 mai conjointement avec les Forces Armées congolaises et la Police Nationale, le ministre de la communication et médias et porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya est revenu sur les contours de l’état de siège décrété par le Chef de l’Etat dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Il indique devant la presse que cette décision a été prise par le Président de la République Félix Tshisekedi dans le seul but de mettre un terme à plus de 20 ans d’insécurité dans l’Est.

« Le chef de l’État a signé deux ordonnances, l’une portant proclamation d’un état de siège, l’autre sur les mesures d’application de l’état de siège dans les deux provinces de la RDC. Le Président de la République a levé cette option salutaire et inédite pour cette troisième république dans le seul souci, de mettre fin à plus de deux décennies d’assassinat, de meurtres de tout genres. Ces actes de violence sanguinaire qui figurent dans le registre des crimes les plus odieux ne devraient pas rester impunis », a-t-il déclaré.

– Publicité-

Quant à la nécessité de l’état de siège, le Porte-parole du Gouvernement informe qu’une administration militaro-policière sera déployée pour régler définitivement le problème sécuritaire dans cette partie du pays.

« L’état de siège ainsi proclamé dans le strict respect de la loi, permettra au gouvernement de déployer une administration militaro-policière dont le mandat a été spécifié dans l’ordonnance portant mesure d’application, pour déployer toute les stratégies pouvant permettre de régler définitivement le problème de sécurité dans cette partie du pays. Et durera 30 jours avec possibilité de prolongation successive de 15 jours suivants la procédure en la matière », a t-il poursuivi.

Dans la foulée Patrick Muyaya a signalé que parmi les limites à observer par cette administration militaire pendant l’état de siège, les autorités policières et militaires qui auront la charge de diriger les provinces ne doivent déroger aux droits ci-après : le droit à la vie, l’interdiction de l’esclave, interdiction d’emprisonnement pour des dettes.

Il sied de noter que la mesure de l’état de siège entre en vigueur ce jeudi 6 avril et les autorités qui vont diriger ces provinces seront nommées dans les heures qui suivent.

Bernard MPOYI

Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items