Après avoir réservé une Lettre des Expats à la recherche de travail à l’étranger, il est temps de passer à l’étape suivante : les modalités de recrutement une fois que vous avez trouvé une offre. Dans quelle langue écrire son CV et sa lettre de motivation ? Faut-il mettre plus en avant ses expériences ou ses diplômes ? Autant de modalités qui diffèrent selon les pays. Tour d’horizon…

Vous postulez dans un pays européen

En général, la règle d’or est de toujours rédiger son CV et sa lettre de motivation dans la langue du pays d’accueil. Pour les diplômes, il faut éviter de les traduire et plutôt les laisser en français, tout en indiquant leur équivalence dans le pays d’expatriation et en détaillant au maximum le contenu de la formation et les acquis. Évitez également les acronymes, qui peuvent ne pas être compris à l’étranger. Sinon, vous pouvez utiliser Europass pour éditer vos CV et lettre de motivation selon un modèle européen unique afin de permettre aux employeurs de comprendre les diplômes et qualifications quel que soit le pays. Le portail européen sur la mobilité de l’emploi Eures détaille également les modalités de chaque pays :

  • Allemagne : Si vous postulez à un poste chez notre voisin outre-Rhin, votre CV doit se présenter sous forme de tableau de maximum deux pages avec vos expériences en ordre chronologique dit “décroissant”, c’est-à-dire les informations les plus récentes d’abord. La photo est de mise et se place en haut à droite. La lettre de motivation, quant à elle, doit finir par “Mit freundlichen Grüßen”, formule signifiant “Salutations distinguées”.
  • Espagne : Ne soyez pas surpris, car, selon Eures, les entreprises espagnoles ont pour habitude de ne contacter que les candidats retenus lors de la phase de recrutement. La lettre de motivation doit commencer par “Estimado Sr./Sra.” et se terminer par “En espera de sus noticias, le saluda atentamente”. En Espagne, il est commun de faire passer des tests psychotechniques pour détecter la personnalité des candidats ou encore de leur faire faire des exercices de groupe, comme simuler une réunion et la gérer du début à la fin.
  • Portugal : Dans ce pays également, les recruteurs aiment faire passer des tests psychotechniques à leurs potentiels futurs salariés. Le CV se fait généralement en ordre chronologique inverse, les informations les plus récentes en haut.
  • Suisse : Chez notre voisin helvète, les entreprises attachent une grande importance aux diplômes et certificats de travail. Il est préférable d’indiquer les équivalences en certificats suisses et de joindre une copie de vos diplômes et certificats. Il faut aussi détailler les différents postes et tâches que vous avez eus au cas où les intitulés sont différents. Le Groupement transfrontalier européen propose d’ailleurs des modèles de CV et de lettres de motivation sur son site. Vous pouvez également déposer les vôtres, qui seront alors consultables par les entreprises partenaires de l’association. Elle propose également des entretiens “emploi”, au cours desquels des conseillers peuvent vous donner des informations sur le recrutement en Suisse. Vous pouvez aussi assister à des conférences, comme celle-ci : “Identifiez et proposez votre valeur ajoutée”, le 29 janvier 2021.
  • Suède : En général, selon Eures, le CV ne doit pas comporter de photo. Dans ce pays, il est courant d’appeler spontanément une entreprise pour exprimer sa volonté de travailler chez elle, c’est une démarche souvent bien reçue. Vous pouvez trouver sur le site de l’Agence suédoise pour l’emploi des exemples de lettres de motivation ou des webinaires remplis de conseils pour rédiger son CV en suédois.

Pour voir plus de détails ou d’autres pays, rendez-vous sur le portail Eures.

Vous postulez en dehors de l’Union européenne

Sur le site du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, vous trouverez dans la rubrique Préparer son expatriation, puis Emploi, des conseils sur les CV et lettres de motivation pour chaque pays. Par exemple :

Léane Burtier