Les 27 espèrent boucler leur plan de relance avant la fin juillet

Views: 99

Après un “tour de chauffe constructif” de plus de quatre heures par visioconférence, les 27 sont restés divisés sur leur plan de relance de l’économie européenne, dévastée par la pandémie de Covid-19. Mais la pression monte pour trouver un accord d’ici fin juillet.

“Les dirigeants européens ont prévu de se retrouver en face-à-face mi-juillet à Bruxelles pour trouver un accord rapide sur un plan de relance post-coronavirus massif, à l’issue d’un premier tour de table vendredi, qui a mis en évidence des désaccords”, rapporte La Libre Belgique.

Le Financial Times observe que “le grand marchandage” sur le plan de 750 milliards d’euros “n’a pas seulement concerné la façon dont la manne devait être répartie – il y avait aussi des désaccords sur le montant du plan, la proportion entre prêts et subventions, et le sort des ristournes accordées à certains pays du nord sur leur contribution au budget européen”.

La “vraie bataille” commence donc maintenant, pour Le Soir, notamment pour le président du Conseil européen, Charles Michel. Selon le quotidien, ce dernier est “décidé à démarrer immédiatement” et mettra sur la table des 27, dans les jours à venir, des “propositions concrètes” susceptibles de rapprocher les points de vue. Il reconnaît tout de même que l’entreprise sera “difficile et complexe”.

Une difficulté qui ne surprend pas El Mundo. “Négocier un plan de relance allant jusqu’à 750 milliards d’euros, en plus d’un budget de 1 100 milliards d’euros pour les sept prochaines années est une tâche quasiment impossible”, estime le quotidien.

“C’est la négociation la plus dure de l’Union européenne (UE) en temps normal, et cela représente un défi titanesque de devoir débattre à distance, sans flexibilité, sans réunions bilatérales, sans pouvoir utiliser les outils de persuasion classiques”. Mais “le temps presse”, souligne le journal espagnol.

“Le pire est à venir”

De fait, la chancelière allemande Angela Merkel, “soutenue par la France et la Banque centrale européenne (BCE), a averti les dirigeants européens qu’ils mettraient en péril la reprise économique de l’UE et risqueraient un effondrement des marchés financiers” s’ils ne parvenaient pas à s’entendre “le mois prochain”, selon l’agence Bloomberg.

“L’Allemagne est favorable à un accord rapide. Il n’est pas exagéré de dire que nous sommes face au plus grand défi économique de l’histoire de l’Union européenne”, a-t-elle ajouté.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a souligné pour sa part que la récession de l’UE pourrait atteindre 8,7 % en 2020 et que “le pire est à venir” sur le marché européen du travail, ravagé par la crise du coronavirus.

Elle a, elle aussi, plaidé pour un accord rapide, tout comme la présidente de Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a exhorté les leaders européens et les institutions de l’UE à faire “tout ce qui est en leur pouvoir” pour approuver le plan de relance “avant les vacances d’été”, écrit le Wall Street Journal.

Mais le Premier ministre suédois Stefan Lofven, du groupe des pays dits “frugaux” – plus sourcilleux sur les dépenses – a fait remarquer que les positions des États membres restaient “très éloignées les unes des autres”, selon l’agence Reuters. “Et bien que tout le monde veuille un accord cet été, il n’est pas sûr que ce soit possible”.



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items