Le Royaume-Uni “prêt comme jamais” à affronter une importante troisième vague

Views: 17

Dans un article pour l’hebdomadaire conservateur The Spectator, le chercheur Philip Thomas anticipe un niveau d’infection potentiellement aussi élevé que lors du pic de la deuxième vague, en janvier. Mais grâce à la digue vaccinale, le pays devrait s’en sortir et peut selon lui se permettre de déconfiner comme prévu au 21 juin prochain.

À première vue, le tableau dépeint par Philip Thomas semble particulièrement sombre. “Nous ferions bien de nous préparer à une nouvelle vague de contaminations”, prévient ce professeur en gestion des risques à l’Université de Bristol, dans The Spectator. “Depuis des semaines, le Royaume-Uni a la chance d’enregistrer les niveaux de Covid les plus bas d’Europe. Mais nous devons nous attendre à lire bientôt des gros titres inquiétants à ce sujet.” À en croire ses prévisions, “jusqu’ici globalement fidèles à la réalité”, chaque personne porteuse du variant Delta (indien) du virus, désormais dominant dans le pays, infecterait “6,8 autres membres d’un groupe de la population non-immunisé, un effet multiplicateur bien plus élevé que le variant du Kent (4,5 personnes) ou que le virus de départ (trois autres personnes).

Pour autant, inutile de céder à la panique, assure le chercheur. Le Royaume-Uni “est prêt comme jamais” à affronter cette “troisième vague”, comme le titre l’hebdomadaire conservateur, en une de son édition du 12 juin. “Ce qui compte, c’est que le système de santé ne sera vraisemblablement pas saturé”, souligne Philip Thomas. Ces nouvelles infections, potentiellement aussi nombreuses “voire plus nombreuses” que lors du pic de la deuxième vague au mois de janvier, “ne devraient concerner que les jeunes, qui sont bien moins susceptibles de développer une forme grave du virus”. Pourquoi les plus jeunes ? “Car ce sont eux qui n’ont pas encore été vaccinés.” En somme, la troisième vague viendrait globalement “s’écraser sur le mur de la vaccination” alors qu’au total, plus de la moitié de la population adulte a reçu deux doses de vaccin, essentiellement dans les catégories de la population les plus à risque.

Dans ce contexte, nul besoin de repousser la levée du confinement, prévue le 21 juin, comme le gouvernement semble l’envisager face la hausse des infections liées au variant Delta (+79 % en une semaine). “Une étape importante a été franchie : le Covid-19 a été rétrogradé au rang de vilain virus qui n’est désormais pas plus mortel que des virus tels que la grippe”, grâce au vaccin, selon Philip Thomas, qui anticipe tout de même quelque 7 000 décès supplémentaires (127 860 depuis le début de la pandémie). “La vague aura lieu, que ce soit maintenant ou en septembre, à l’issue d’un été de potentielles nouvelles restrictions.” D’après le professeur, la plupart des personnes non vaccinées, à savoir les plus jeunes, contracteront sans doute le virus dans les mois à venir, sans conséquences graves. “En gros, si mes calculs sont justes, il n’y aura pas moyen d’y échapper : soit vous avez déjà eu le virus ou vous êtes vacciné, soit vous aurez de grandes chances d’attraper le Covid cet été.” Les “double-dosés”, eux, “pourront continuer à vivre comme si de rien n’était”.

Source

“Le Spectateur” est une institution de la presse britannique. Fondé en 1828, c’est le journal de référence des intellectuels et dirigeants conservateurs, mais aussi des eurosceptiques : The Spectator a soutenu la sortie de l’Union

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items