Le CoronaVac chinois examiné par l’Agence européenne des médicaments

Views: 14

L’Agence européenne des médicaments a annoncé ce mardi 4 mai examiner le produit du laboratoire chinois Sinovac. Utilisé en Chine, en Indonésie ou encore au Brésil, son efficacité est pour l’instant jugée inférieure à celle d’autres formules disponibles.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a lancé une “procédure d’examen continu” du vaccin contre le Covid-19 fabriqué par l’entreprise chinoise Sinovac. Une première étape nécessaire avant une éventuelle autorisation dans l’Union européenne, où seulement quatre vaccins sont pour l’instant approuvés.

“Cette procédure permet aux autorités européennes d’évaluer les données au fur et à mesure qu’elles sont disponibles, jusqu’à ce qu’il y ait suffisamment d’éléments pour déposer une demande officielle d’autorisation de mise sur le marché”, explique Politico Europe, qui précise que la date de fin de la démarche n’a pas encore été rendue publique. Dans un communiqué, l’EMA explique quant à elle que plusieurs “études suggèrent que le vaccin déclenche la production d’anticorps qui visent le Sars-CoV-2, le virus qui provoque le Covid-19, et pourraient contribuer à protéger contre la maladie”. L’objectif est donc de déterminer si “les bénéfices l’emportent sur les risques”.

Le produit parfois appelé “CoronaVac” est le premier vaccin chinois examiné par l’instance européenne. Il a été produit grâce à un procédé “plus traditionnel” que celui employé par les vaccins à ARN messager comme ceux de Pfizer ou Moderna, expliquait BBC Afrique en décembre :

C’est un vaccin inactivé, qui fonctionne en utilisant des particules virales tuées, pour exposer le système immunitaire de l’organisme au virus sans risquer une réaction grave de la maladie.”

Son taux d’efficacité varie selon les études entre 51 et 82 %.

Peu de vaccins chinois en Europe

Le produit de l’entreprise Sinovac est déjà utilisé dans plusieurs pays, comme la Chine, l’Indonésie, le Brésil et la Turquie. Deux cents millions de doses ont été livrées dans le monde, selon le laboratoire chinois.

“Mais les vaccins chinois ne sont pas encore très utilisés en Occident, à l’exception rare de la Hongrie, qui a autorisé un vaccin de Sinopharm au début de l’année dans le but de doper son approvisionnement [en vaccins]”, commente le Financial Times. La faute à leur taux d’efficacité, “relativement moins élevé que leurs équivalents occidentaux”, assure Politico. En avril dernier, les autorités chinoises avaient par ailleurs évoqué l’efficacité “peu élevée” de ces vaccins, avant de se dédire quelques jours plus tard.

Actuellement, plusieurs autres produits – ceux de l’américain Novavax, de l’allemand CureVac et le vaccin russe Spoutnik V – sont étudiés par l’Agence européenne des médicaments. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) doit quant à elle rendre un avis sur le CoronaVac en fin de semaine.



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items