La Terre compte un cinquième océan, selon la National Geographic Society

Views: 18

Après plusieurs années de flou, l’institution américaine a fini par reconnaître l’océan Austral au même titre que ses cousins Arctique, Atlantique, Pacifique et Indien.

Mardi 8 juin, à l’occasion de la Journée mondiale des océans, les cartographes de la National Geographic Society (NGS, organisation américaine à but non lucratif qui édite le magazine National Geographic) ont annoncé que le courant rapide qui entourait l’Antarctique distinguait les eaux de cette région, qui méritaient de ce fait leur propre nom : l’océan Austral. 

Ce n’est pourtant pas d’hier que l’océan Austral trouve sa place dans les atlas du monde, de même que les océans Arctique, Atlantique, Pacifique et Indien. L’Organisation hydrographique internationale (OHI), qui coordonne les normes hydrographiques à l’échelle mondiale, a ainsi reconnu son existence dès 2000. Avec ses 20 millions de kilomètres carrés, il est le quatrième plus important océan du monde et s’étend entre le 60e parallèle sud et le continent Antarctique. 

Les scientifiques savent depuis longtemps qu’il existe une région écologique distincte autour de l’Antarctique”, reconnait Alex Tait, géographe pour la NGSau Washington Post. Mais les limites de l’océan ne faisaient pas consensus auprès des 94 pays membres de l’OHI. Ce qui fait, précise Alex Tait, que lorsque la NGS mentionnait le nom de l’océan sur ses cartes, elle l’accompagnait d’un avertissement faisant état d’une absence de consensus sur le sujet. 

Des implications avant tout éducatives

“Les gens se tournent vers nous pour obtenir des faits géographiques : combien de continents, combien de pays, combien d’océans ? Jusqu’à présent, nous disions quatre océans”, dit Alex Tait. Plus maintenant. Les implications devraient être avant tout éducatives, précise le géographe.

L’océanographe américaine Sylvia Earle, citée sur le site de la NGS, remarque que l’océan Austral est le seul “bordé par le très rapide courant circumpolaire antarctique” et le seul “à en toucher trois autres [Atlantique, Pacifique et Indien] et à envelopper complètement un continent plutôt que d’en être entouré”.

Frank Nitsche, géologue marin à l’université de Columbia, estime dans le Washington Post que, dans le contexte de changement climatique mondial, cette annonce “est une excellente occasion de stimuler l’intérêt pour cette région vitale et de sensibiliser davantage les gens face aux menaces qui l’affectent”. 



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items