La Tanzanie toujours liée par la Cour africaine malgré son retrait

Views: 19


Le retrait de la Tanzanie de la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples (AfCHPR) basée à Arusha est entré en vigueur le 21 novembre dernier, mais le pays reste légalement membre de cette cour et continuera d’adhérer aux autres dispositions du protocole qui l’instaure.

Le tribunal permet aux particuliers et aux organisations non gouvernementales de poursuivre la Tanzanie. En tant que tribunal des droits de l’Homme et mécanisme suprême des droits de l’Homme de l’Union Africaine, il est compétent pour connaître des affaires alléguant des violations de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples.

Cependant, le retrait signifie qu’aucune personne ou organisation non gouvernementale tanzanienne ne peut saisir directement le tribunal. Ils peuvent encore le faire par l’intermédiaire de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples basée à Banjul, la capitale gambienne.

« Cette décision de retrait ne doit pas être interprétée comme la fin de la route pour les Tanzaniens qui pourraient être lésés par certaines décisions ou actions de l’État. La Tanzanie ne s’est pas retirée du protocole du Traité instituant la Cour africaine, mais de la clause qui autorise les individus et les COS doivent porter plainte directement auprès du tribunal », a déclaré Elifuraha Laltaika, maître de conférences en droit à l’université de Tumaini d’Arusha.

« La Tanzanie est donc toujours un membre légitime de la Commission africaine des droits de l’Homme et peut toujours être poursuivie par cette voie », a-t-il ajouté.

La commission examine toutes les affaires avant et, si elle est satisfaite, les transmet au tribunal d’Arusha.

Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items