la grande fabrique de travail au noir

Views: 16

Mis en place au début 2019 sous l’impulsion du Mouvement 5 étoiles, le revenu de citoyenneté était censé abolir la pauvreté en Italie. Mais cette aide nécessaire, qui s’adresse aux personnes sans travail ou dont les revenus sont très bas, alimente aussi la fraude fiscale, constate le Corriere della Sera.

L’homme qui se présente à la clinique De Blasi, à Reggio de Calabre, est élégant, professionnel : cravate, complet gris et politesses d’usage. Avec courtoisie, il demande :

“Avez-vous besoin d’aide ?– Dans quel sens ? répond le directeur Eduardo Lamberti.
– Je suis disposé à faire n’importe quoi : petits travaux de comptabilité, livraisons à la poste, tâches diverses et variées. Combien pouvez-vous m’offrir ?– Vous devriez vous adresser au service administratif.– Je serai honnête avec vous : je touche le revenu de citoyenneté. Mais je voudrais le conserver et vous donner la possibilité de profiter de mes services à un coût minime et sans être lié par un contrat de travail….Vous avez compris, travailler au noir.”

Aujourd’hui, dans la province de Reggio de Calabre [à l’extrémité sud de l’Italie], un habitant sur dix vit dans une famille qui bénéficie du revenu de citoyenneté. Pour certains, c’est devenu un double atout. Ils touchent le revenu de citoyenneté parce qu’ils sont sans emploi et ils peuvent se permettre de travailler (au noir) parce qu’ils touchent le revenu de citoyenneté, celui-ci leur permettant de se vendre sur le marché du travail à moitié prix.

Un bel avantage pour les employeurs dénués de scrupules, comme l’explique Eduardo Lamberti, qui raconte avoir refusé des dizaines d’offres de ce genre : “Pour les patrons malhonnêtes, c’est une manne : ils peuvent renvoyer quand ils veulent ces employés dépourvus de toute protection légale. Le revenu de citoyenneté devient un investissement en faveur des entreprises. À mon avis, c’est une gigantesque incitation à la fraude.”

Pourtant, en Italie, les gens qui seraient heureux de travailler avec un contrat de travail en bonne et due forme ne manquent pas.

[…]

Goffredo Buccini et Federico Fubini

Lire l’article original

Comment ça marche ?

Le revenu de citoyenneté s’adresse aux citoyens ou familles qui déclarent moins de 9 360 euros par an. Son montant, qui peut varier en fonction de divers critères, est plafonné à 780 euros par mois. Le bénéficiaire doit s’engager à accepter au moins une offre de travail sur trois qui devraient lui être faite à travers un programme étatique mettant en relation offre et demande. S’il refuse toutes ces offres, il perd ses droits. Le revenu de citoyenneté est donc une sorte d’hybride entre un revenu universel et un mécanisme d’indemnisation du chômage.

Source

Fondé en 1876, le premier quotidien italien mentionne toujours “della sera” (“du soir”) dans son titre, alors qu’il sort le matin depuis plus d’un siècle. Sérieux et sobre, le journal a su traverser les vicissitudes politiques en gardant

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items