« La DGM ne dispose pas des cachots clandestins et n’en a jamais disposé » (communiqué de presse)

Views: 5

– Publicité-

La Direction Générale de Migration (DGM) affirme ne pas disposer des cachots clandestins ni en avoir possédé un jour.

« La DGM ne dispose pas des cachots clandestins et n’en a jamais disposé », affirme un communiqué de presse de la Direction Générale de Migration signée par son Directeur général Roland Kashwantale, jeudi 19 novembre 2020, en réaction à la visite du VPM, ministre de l’Intérieur.

Gilbert Kankonde a dit avoir ordonné la fermeture d’un cachot clandestin de la DGM, situé dans un chantier situé sur l’avenue du Haut Commandement, dans la commune de la Gombe, où plusieurs expatriés seraient enfermés sans jugement.

La DGM dit ne pas disposer des centres de détention administrative et de transit des migrants en situation irrégulière en territoire congolais.

Affirmant être respectueuse de la personne humaine, y compris, de la dignité des étrangers en irrégularité, la DGM déplore la mauvaise interprétation dans les médias en rapport avec la visite d’inspection du VPM, ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, mercredi 18 novembre 2020, dans les installations de la DGM, précisément au centre de transit situé sur l’avenue du Haut Commandement, site destiné à abriter le siège de la DGM.

La DGM réitère son engagement à accompagner le Chef de l’État dans la restauration de l’État de droit.

Le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba, a effectué une visite d’inspection dans un cachot clandestin géré par les autorités de la DGM, en vue de s’imprégner de l’état d’incarcération des détenus et a ordonné sa fermeture immédiate.

Aussitôt informé de cette nouvelle  par ses services spéciaux, le vice-Premier ministre Gilbert Kankonde s’est rendu sur le lieux du cachot secret, localisé sur l’avenue du Haut Commandement, où un chantier abandonné, appartenant à la DGM, est utilisé comme un lieu de détention des détenus secrets.

La majorité est constituée des expatriés ( plus d’une dizaine). Une situation qui, selon lui, viole la décision du président Félix Antoine Tshisekedi, qui avait ordonné la fermeture des cachots clandestins, dans son discours d’investiture car la parole du Chef de l’État à la même force que la loi.

– Advertisement –

Le VPM Gilbert Kankonde était dans le regret de constater que des personnes sont détenues dans des conditions inhumaines, depuis plus de neuf (9 ) mois, sans procès verbal , ni une quelconque réquisition transmise dans aucun parquet de la République.
  
Le VPM Kankonde a aussi révélé que ces traitements inhumains et dégradants violent la Convention Internationale de Genève sur le droit d’asile de 1951 et de son Protocole d’accord de 1967, dont la RDC est l’un des pays signataires, le 24 février 1991.

Face à ces irrégularités et violations des droits de ces sujets expatriés et congolais trouvés dans ces cachots clandestins, il a ordonné la fermeture immédiate de ces lieux de détention illégaux et a rassuré que d’autres dispositions seront prises sous peu de temps.

Thierry Mfundu

Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items