Entre Andorre et la Catalogne, fini la contrebande !

Views: 15

En 2020, pour la première fois depuis plusieurs décennies, la garde civile espagnole n’a procédé à aucune arrestation liée à la contrebande dans les comtés catalans limitrophes de la principauté pyrénéenne. Historiquement pourtant, la zone est réputée pour cette pratique, raconte Eldiario.es.

Les sinueuses routes des Pyrénées ont vu passer des générations de contrebandiers. Généralement en pleine nuit. Ces dernières années, dans le coffre de leur véhicule se trouvaient surtout des dizaines et des dizaines de cartouches de cigarettes, achetées moins cher en Andorre, pour être revendues dans les comarques – l’équivalent des comtés – limitrophes en Catalogne (Alt Urgell, Pallars Sobirà et Cerdagne).

Mais d’après le site d’information espagnol Eldiario.es, la contrebande – principalement de tabac – à la frontière entre Andorre et l’Espagne “semble être en déclin. L’année 2020 a été la première depuis plusieurs décennies où la garde civile [la gendarmerie espagnole] n’a procédé à aucune arrestation liée à cette activité.”

En comparaison, 55 contrebandiers avaient été arrêtés en 2015. Depuis, le nombre d’arrestations diminue un peu plus chaque année. Comment l’expliquer ? Selon le média, qui s’appuie sur les témoignages des agents de la garde civile, la police andorrane renforce les contrôles là où, auparavant, elle “détournait le regard”.

La principauté pyrénéenne, sous la pression de l’Union européenne, a adopté ces dernières années plusieurs réformes juridiques visant à alourdir les peines de prison, à mettre des bâtons dans les roues du blanchiment d’argent et à augmenter les taxes sur [le tabac].”

Les “folles années 1990”

Traditionnellement, la zone est propice aux activités contrebandières. Dès le XVIIe siècle, la population locale faisait passer par la frontière de la laine ou du sel en contournant les autorités douanières de l’époque.

Dans la région, la contrebande a connu son âge d’or lors des “folles années 1990”, au moment où des “gangs d’Irlandais, de Portugais et de Galiciens ont pris le contrôle du territoire”.

En septembre 1998, face à une situation qui dégénérait, la garde civile espagnole a déployé une vaste opération dans toute la zone. “Un an et demi plus tard, 1111 personnes de 31 nationalités différentes ont été inculpées, et 800 véhicules et plus de 2,7 millions de paquets de tabac de contrebande ont été saisis”, se remémore le média.

Quelques épisodes sporadiques ont fait la une des journaux andorrans et espagnols ces dernières années. En juillet 2012 par exemple, un ancien ministre du gouvernement autonome catalan et maire de la commune catalane de La Seu d’Urgell, Jordi Ausàs, avait été condamné à quatre ans de prison pour contrebande en lien avec une organisation criminelle.

Source

Créé en 2012, “Le journal” est un site d’information en ligne dirigé par Ignacio Escolar, fondateur et ancien directeur de Público, qui a arrêté sa version papier cette année-là. Sa ligne éditoriale est plutôt de gauche et s’adresse à un public

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items