En Espagne, le prix de l’électricité flambe avec la vague de froid

Views: 11

Janvier 2021 pourrait bien être l’un des mois où l’électricité aura été la plus chère en Espagne. Cette hausse s’explique en partie par une augmentation de la demande liée à la tempête Filomena, explique le quotidien généraliste El Mundo.

Après le coup de froid, la flambée du prix de l’électricité. “Janvier 2021 devrait rester dans les annales comme l’un des mois où le prix de l’électricité aura été le plus élevé en Espagne, signale le journal El Mundo, mercredi 13 janvier.

Tandis que le pays essuie les dégâts commis par la tempête Filomena, le coût du mégawattheure (MWH) – qui figure sur les factures d’électricité – atteint en moyenne 72,21 euros. “Il faut revenir douze ans en arrière, en septembre 2008, pour trouver un mois où le prix de gros de l’électricité a été supérieur”, remarque le quotidien généraliste.

En Espagne, le consommateur a la possibilité de choisir son fournisseur. Le tarif peut être fixe – connu et déterminé à l’avance – ou variable – ce qui est le cas pour la plupart des particuliers, c’est-à-dire qu’il est calculé à partir du coût de la production d’électricité dans le pays. De ce fait, il dépend de l’offre et de la demande et son prix varie chaque jour.

Cette hausse du tarif de l’électricité apparaît ainsi comme “une très mauvaise nouvelle pour 14 millions de particuliers en Espagne, dont la facture est indexée à 35 % sur les prix du marché, et qui donc seront frappés de plein fouet par ces variations”, développe El Mundo. Elle est aussi un coup dur pour les entreprises, “alors qu’elles commençaient à se redresser après le premier impact du coronavirus”.

Les éoliennes tournent au ralenti

La ministre de la Transition écologique espagnole, Teresa Ribera, espère que la vague de froid va s’atténuer, ce qui réduirait la demande. Elle s’attend aussi à ce que les conditions météorologiques permettent de relancer la fabrication d’électricité. Actuellement, les éoliennes ne fonctionnent par exemple qu’à 25 % de leur capacité en raison du manque de vent, alors qu’elles représentent près de 20 % de la production globale d’électricité.

“Et si le vent ne revient pas ?” s’interroge El Mundo, un quotidien classé à droite.

Dans ce cas, le gaz et le charbon, dont les prix s’envolent sur les marchés internationaux, continueront à régner dans le ‘pool’ électrique et s’échangeront à des prix très élevés. La pression sur le gouvernement s’accroîtra encore davantage, et il est très probable qu’il prenne des mesures réglementaires pour réduire la facture.

Source

Fondé en 1989, “Le Monde” a toujours revendiqué le modèle du journalisme d’investigation à l’américaine, bien qu’il ait parfois tendance à privilégier le sensationnalisme, au détriment du sérieux des informations. El Mundo a acquis sa

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items