COVID-19. Impacts sur les économies et le commerce en Afrique

Views: 90

La pandémie de Covid-19 est la plus grave crise sanitaire mondiale présentant les plus grands défis socio-économiques mondiaux depuis la fièvre espagnole survenue le siècle dernier. Si l’Europe, l’Asie et les Amériques restent les régions les plus touchées, l’Afrique n’en est pas moins épargnée. Il était essentiel d’examiner de manière poussée les impacts de la pandémie de Covid-19 sur les économies africaines et relever les perspectives économiques du continent. C’est ce qu’a réalisé le Dr Hyppolite Fofack, économiste en chef de la banque africaine d’import-export (AFREXIMBANK), lors de la conférence d’ouverture du Forum Afrique Expansion virtuel le 23 septembre dernier. Voici les grandes lignes de son intervention.

D’emblée, on a pu comprendre que si, globalement, les indicateurs chiffrés prévoient que la croissance économique mondiale devrait se contracter de 4,9% en 2020, contre une accélération de 3,3% prévue avant la pandémie, la croissance devrait se contracter de 1,7% en Afrique, contre une accélération prévue de 3,7% avant la pandémie.

Impacts sur l’économie africaine : le commerce

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a révisé ses prévisions du commerce des marchandises suite au COVID-19. Selon un scénario optimiste, il devrait se contracter de 12,9% en 2020 et de 31,9% selon le scénario alternatif pessimiste. Les économies africaines qui restent pour la plupart majoritairement dépendantes des matières premières ont été durement affectées par la baisse de la demande mondiale et la chute des prix qui ont miné les recettes publiques et la balance des paiements.

Investissements et transfert de fonds des migrants

La baisse des flux des investissements directs étrangers (IDÉ) vers l’Afrique devrait s’accentuer en 2020 en raison du choc de la pandémie et de la chute des prix des matières premières, en particulier le pétrole qui représente environ 34,6% des exportations continentales. Ainsi, les IDÉs vers l’Afrique devraient se contracter d’environs 25 à 40% pour l’année 2020. La pandémie pourrait également compromettre considérablement les transferts de fonds des migrants vers leur pays d’origine ; un phénomène qui devient de plus en plus vital pour un grand nombre de ménages dans les pays en développement. Les transferts de fonds qui ont augmenté régulièrement au cours de la dernière décennie pour dépasser 84 milliards $US en 2019, dépassant les IDÉs et les flux de développement officiels, devraient chuter de plus de 20% en 2020.

Le tourisme

Ce secteur est l’un des premiers ayant subi les impacts de la pandémie en raison des restrictions liées aux voyages et à la fermeture de plusieurs aéroports ainsi que des sites touristiques. En Afrique, cette industrie restera confrontée à d’énormes difficultés en 2020 dues à la faiblesse des revenus liée à la reprise et l’assouplissement timide des restrictions liées aux voyages.

Liquidités

L’arrêt soudain des activités économiques dû au Covid-19 a créé des phénomènes donnant lieu à des fuites massives des capitaux des pays en développement. Entre février et mai 2020, la fuite des capitaux du continent africain a ainsi dépassé les 7 milliards $US et deux pays, l’Égypte et l’Afrique du Sud ont particulièrement été affectés. Plus de 1,75 milliard $US en Afrique du Sud contre 1,1 milliard $US en Égypte.

Covid-19 : la riposte africaine

Face à la propagation de la pandémie de Covid-19, l’Afrique ayant observé la démarche des pays les plus touchés, s’est préparée en conséquence tout en s’inspirant de ses expériences acquises dans sa lutte contre l’Ébola. Sur le plan financier, l’arrêt des activités et des nombreuses restrictions ont significativement affecté l’économie des pays africains, ce qui a suscité des mesures internes et externes pour soutenir les gouvernements et leur permettre d’appuyer certaines entreprises fortement affectées par la pandémie.

D’une manière générale, les pays africains se sont dotés de politiques mixes (fiscales et monétaires) en vue de faire face aux insuffisances des ressources financières. Les politiques monétaires prudentielles ont été assouplies en vue de soutenir les économies et les systèmes financiers et il a été procédé à des baisses significatives des taux directeurs. Certaines autorités ont assoupli les mesures de restriction et autorisé un ajustement des taux de changes afin d’amortir les chocs sur les termes de l’échange et les chocs financiers.

Les pays africains, en plus des mesures internes adoptées par leurs gouvernements, bénéficient du soutien financier des institutions financières multilatérales telles que la Banque Mondiale (BM) et le Fonds Monétaire International (FMI). Ce dernier a fourni plusieurs assistances financières, principalement à travers ses outils de prêts d’urgence et de précaution, à environ 80 pays y compris des pays africains. Le FMI a ainsi plus que doublé l’accès à ses mécanismes de crédit d’urgence (Facilités de décaissement rapide et Facilités de crédit rapide) afin de mieux répondre à la demande globale.

L’action d’Afreximbank

Au niveau des institutions financières régionales, Afreximbank a mis en place une facilité baptisée PATIMFA (Facilité pour Amortir l’Impact de la Pandémie sur le Commerce). D’un montant de 3 milliards $US, elle a pour but d’aider les pays membres de l’institution à faire face aux impacts économiques et sanitaires de la pandémie de Covid-19. PATIMFA aidera les banques centrales des pays membres et d’autres institutions financières à honorer les paiements de la dette liée au commerce qui arrivent à échéance et ainsi éviter les défauts de paiement liés au commerce. PATIMFA est également disponible pour soutenir et stabiliser les ressources en devises des banques centrales des pays membres, leur permettant de soutenir des importations critiques dans des conditions d’urgence. En outre, la facilité aidera les pays membres dont les recettes fiscales sont liées à des recettes d’exportation spécifiques, telles que les redevances minières, à gérer toute baisse soudaine des recettes fiscales résultant de la baisse des recettes d’exportation. Elle fournira enfin des facilités de financement du commerce d’urgence pour l’importation de besoins nécessaires pour lutter contre la pandémie, y compris des médicaments, du matériel médical, le réaménagement d’hôpitaux.

Opportunités d’Investissements

Évidemment, l’un des secteurs prioritaires pour l’investissement en Afrique est celui de l’infrastructure sanitaire, la pandémie ayant démontré que ce secteur en Afrique reste parmi les plus précaires au monde. Ainsi, une augmentation des investissements publics et la mise en place de politiques nationales pour attirer d’avantages d’investissements privés et d’IDÉs seraient les bienvenus pour d’améliorer ce secteur. La pandémie a également permis d’œuvrer à l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique en matière de production de matériels médicaux ainsi que sa capacité de fabrication de médicaments localement. Investir également dans la transformation des produits de base serait opportun dans un contexte de mise en œuvre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECA) donnant l’accès à un marché plus intégré et élargi.

Perspectives Économiques

Les prévisions de l’année en cours indiquent une résilience de l’ économie africaine avec une contraction de 1,7%, contre 8% pour les pays développés, 3% pour les pays en développement, et 4,9% de contraction pour l’économie mondiale. Pour l’année 2021, les prévisions indiquent une reprise forte de l’ économie africaine avec une croissance solide atteignant 4,9%. La forte reprise prévue de l’ économie chinoise avec 8,2% de croissance et 6% de croissance pour la zone euro – les deux partenaires commerciaux les plus importants de l’Afrique, constituent les principaux facteurs de cette reprise. Dans le même temps, la mise en œuvre de la ZLECA qui a la capacité d’accroitre la compétitivité des économies africaines devrait aussi accélérer la reprise économique et attirer plus d’IDÉ.

En conclusion, on peut dire que l’impact négatif de Covid-19 sur l’économie africaine reste important et nécessite de la vigilance afin d’éviter que le continent ne perde pas les progrès effectués et les gains économiques déjà réalisés. La mise en place des politiques visant à attirer les investissements directs étrangers est nécessaire en vue d’augmenter les flux d’IDÉs vers l’Afrique et accélérer l’industrialisation du continent. La ZLECA est un catalyseur dans ce sens et Afreximbank un partenaire de choix.

Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items