Burkina Faso, le pays qui a sombré dans l’enfer djihadiste

Views: 16

C’est une énième attaque terroriste qui secoue l’est du pays. Le 4 mai, au moins trente civils ont été tués dans le village de Kodyel. Une semaine plus tôt, trois Occidentaux sont morts dans les mêmes circonstances, au sud-est du Burkina Faso. Des drames qui rappelent aux Européens ce qu’ils refusent de voir : en quelques années, ce pays a basculé dans l’horreur. El Mundo raconte.

Les Européens ne prêtent généralement pas grande attention aux pays du Sud. Quand ils le font, ils s’intéressent beaucoup moins aux causes des événements qu’à leurs conséquences. C’est le cas quand nous voyons des milliers de Subsahariens arriver en canot de fortune, des hors-bord traverser le détroit de Gibraltar avec des chargements de drogue, ou des coopérants et des diplomates quitter leurs fonctions parce que leur sécurité n’est pas assurée. Tous ces problèmes ont pourtant pour origine un même mal, un même contexte : celui d’États en faillite qui ne contrôlent plus leur territoire au-delà de leur capitale.

Le Burkina Faso fait partie de ces pays qui chancellent, dans cette arrière-cour de l’Europe qu’est le Sahel. Une région à seulement quatre heures d’avion qui chaque jour échappe un peu plus aux États pour tomber en de très mauvaises mains. Le djihadisme, incarné par différents groupes qui tantôt s’unissent tantôt s’affrontent, contrôle d’ores et déjà une zone qui englobe certaines parties du Niger, de la Mauritanie et du Mali. Le Burkina Faso est le dernier pays en date à être tombé. [Mardi 27 avril, l’annonce de] l’assassinat des journalistes espagnols David Beriáin et Roberto Fraile [et du militant écologiste irlandais Rory Young] vient tragiquement rappeler à quel point ces groupes armés savent s’adapter et restent actifs, eux qui sont capables d’écraser un convoi de 40 militaires et de lancer des attaques contre des bases plus peuplées encore, comme ils l’ont fait au Niger ou au Mali.

L’impuissance du Burkina Faso et de l’Europe

Cette attaque au Burkina est révélatrice. Les hommes de l’armée burkinabée sont mal payés, et leur discipline et leur loyauté ne tiennent souvent qu’à un fil. Face à ce type d’

[…]

Alberto Rojas

Lire l’article original

Source

Fondé en 1989, “Le Monde” a toujours revendiqué le modèle du journalisme d’investigation à l’américaine, bien qu’il ait parfois tendance à privilégier le sensationnalisme, au détriment du sérieux des informations. Sa ligne éditoriale penche du côté

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items