Au Nigeria, les médias audiovisuels sont sommés de quitter Twitter

Views: 16

Début juin, Twitter a supprimé des messages du président nigérian et, depuis, le ton ne cesse de monter. Après avoir coupé l’accès au réseau social dans tout le pays, le pouvoir a sommé les médias audiovisuels de supprimer leurs comptes Twitter, sous peine de sanction. La presse nigériane dénonce une mesure visant à renforcer la censure.

Si Twitter est contre elles, à leur tour d’être contre Twitter. Les autorités nigérianes n’ont pas supporté que le géant du numérique supprime deux tweets controversés du président Muhammadu Buhari dans lesquels il s’en prenait au mouvement indépendantiste biafrais. En signe de riposte, le gouvernement a décidé de priver les 40 millions de Nigérians actifs sur Twitter – soit cinq fois plus qu’en France – d’accès au réseau social.

Nouveau tour de vis inquiétant le 8 juin, les médias audiovisuels – télévision et radio – sont désormais priés de se plier à la même règle. Le communiqué de la Commission nationale de l’audiovisuel (NBC) est on ne peut plus explicite :

Sera considéré comme antipatriotique tout média audiovisuel s’il continue à utiliser Twitter, qui est suspendu.”

La force du hashtag

La colère des médias et le soupçon d’une censure déguisée sont grands, d’autant qu’en octobre 2020, le hashtag #EndSars était devenu, grâce à Twitter, une vitrine du combat des Nigérians contre les violences policières. “Ce hashtag a été le plus partagé au monde pendant deux jours”, rappelle le journal nigérian The Guardian.

Cette fois encore, les jeunes Nigérians tentent de répondre à la mainmise du pouvoir avec le hashtag #KeepItOn. Grâce à un VPN, qui permet de contourner les contrôles gouvernementaux sur Internet, ils espèrent parvenir à planifier une manifestation le 12 juin prochain.

Avec ces offensives successives, le gouvernement a franchi un point de non-retour, déplore un édito de Punch : “le Nigeria se retrouve dans le même club d’oppresseurs des réseaux sociaux que la Chine, l’Iran et la Corée du Nord”.

Pauline Le Troquier



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items