Au Liban et en Syrie, des desserts du ramadan devenus inabordables

Views: 14

Touchés de plein fouet par une crise économique sans précédent, les habitants du Liban et de la Syrie ont beaucoup de mal à s’offrir le luxe des desserts sucrés traditionnels du mois sacré du ramadan, dont les prix ont flambé.

Le mois sacré du jeûne musulman du ramadan est aussi “le mois de la nourriture, des banquets et des desserts” que l’on déguste au moment de l’iftar, le repas de rupture du jeûne, souligne le site panarabe Raseef22. Des desserts dont sont friands les Libanais et les Syriens.

Mais depuis plusieurs mois, ces deux pays connaissent “un effondrement économique sans précédent, une dévaluation de leur monnaie et une envolée des prix”. Pour leurs habitants, certains de ces desserts sont devenus inabordables.

Prix élevés, bas salaires

Dans le quartier de Midan, à Damas, “où l’on vend les meilleurs desserts de la ville”, Abou Badaoui, fonctionnaire d’une cinquantaine d’années, demande trois warbats, une pâtisserie

[…]

Source

En arabe, raseef signifie “trottoir”, comme celui de cette rue qui gronde depuis le déclenchement des révoltes, en 2011. Et 22, c’est le nombre de pays membres de la Ligue arabe, qui comptent 360 millions d’habitants.

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items