“AOC”, une icône progressiste dans le paysage politique américain

Views: 11

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE J-16 – Le 3 novembre, les Américains voteront aussi pour renouveler la Chambre des représentants. Parmi les 435 députés en campagne pour leur réélection, la Latina Alexandria Ocasio-Cortez est déjà, à 31 ans, une figure de premier plan de la vie politique américaine. Le magazine argentin Anfibia retrace son parcours, du Bronx à Washington. Un article extrait de notre hors-série Les Fractures de l’Amérique.

En 2007, Alexandria Ocasio-Cortez a remporté le deuxième prix au Salon international des sciences et des techniques Intel. À l’époque, elle n’avait pas encore terminé ses études secondaires. Cette passionnée de science avait choisi de présenter les résultats des expériences sur la longévité qu’elle avait menées dans l’un des principaux hôpitaux de New York.

Pour la récompenser, le laboratoire Lincoln du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a nommé un astéroïde en son honneur. Cela aurait pu être la plus grande réalisation de sa vie, mais les choses se sont passées autrement.

Plus jeune élue à la Chambre des représentants

Il y a des gens qui semblent nés pour battre des records. Le sien a été de devenir, en 2018 [à 29 ans], la plus jeune candidate de l’histoire des États-Unis à être élue à la Chambre des représentants. Deux ans plus tard, elle est l’une des figures les plus importantes de la nouvelle génération du Parti démocrate. [En août dernier], elle a d’ailleurs profité de la Convention nationale démocrate pour parler de l’avenir et de la voie à suivre.

Vous l’avez peut-être croisée à New York, derrière le bar du Flats Fix, près d’Union Square, sans savoir qui c’était. Car son histoire est celle d’une femme qui, du jour au lendemain, a cessé de préparer des cocktails dans un restaurant de tacos de Manhattan pour prendre la tête de l’aile la plus progressiste du Congrès américain.

Les images les plus emblématiques d’Alexandria Ocasio-Cortez, qui sont aussi les premières que plusieurs d’entre nous se rappellent avoir vues, sont sans doute celles où la jeune femme de 28 ans regarde l’écran de télévision du bar dans lequel elle se trouve, la main plaquée sur la bouche, les yeux écarquillés, incapable de crier de joie en apprenant sa victoire. “Pouvez-vous nous décrire comment vous vous sentez ?” lui demande la journaliste de Spectrum News. “Non, je n’ai pas de mots”, répond-elle, comme si c’était la réplique la plus naturelle du monde.

Nous sommes alors en juin 2018, et elle vient simplement de remporter la primaire démocrate pour le 14e district de New York. Mais tout le monde sait que la circonscription est largement acquise aux démocrates. En gros, son élection à la Chambre des représentants lors du scrutin général de novembre est pratiquement assurée.

Une identité latino assumée

Depuis lors, Alexandria Ocasio-Cortez est devenue “AOC” pour les presque 330 millions d’habitants du pays. L’utilisation des initiales permet de simplifier un nom qui est peut-être un peu trop long et un peu trop latino. Ce n’est pas qu’elle cherche à dissimuler ce fait, loin de là. S’il y a bien une chose qu’elle s’est promis de faire, c’est de ne jamais taire le fait qu’elle est latina, que sa famille est latina et que cela fait partie de son identité.

Même le message qu’elle a enregistré sur son répondeur professionnel est en anglais et en espagnol. Elle l’a dit à The Intercept :

Il est important de ne pas ignorer le pouvoir de l’identité. C’est quelque chose de très puissant.”

Une chose est sûre : elle ne l’ignore pas, elle. Le reste de l’histoire est plus connu. En janvier 2019, AOC fait ses premiers pas au Congrès. Elle rapporte sur Instagram ses premières impressions de Washington, raconte comment elle s’adapte à sa nouvelle vie et montre le sac cadeau qu’on lui a remis lors de sa première journée. Depuis lors, elle intervient aussi régulièrement sur Twitter et sur Twitch avec l’aplomb typique des milléniaux.

Des figurines à son effigie

C’est à cette époque que l’élue est devenue l’une des icônes du progressisme démocrate. On retrouve sa biographie et divers objets à son effigie sur les présentoirs de l’une des principales boutiques de merchandising militant de la capitale américaine, une boutique qui vend aussi des figurines de la juge Ruth Bader Ginsburg, une icône de la lutte pour l’égalité des sexes aux États-Unis.

Pour comprendre comment elle en est arrivée là, toutefois, il faut retourner dans le temps, avant la soirée de juin 2018 qui l’a vue remporter sa première victoire.

Alex – comme l’appellent ses proches, les membres de son équipe et son personnel de campagne – est née et a grandi dans le Bronx. Cinquante-deux pour cent des habitants de sa circonscription sont latinos ou hispaniques. La famille d’AOC en fait partie. Son père avait de la famille à Porto Rico, et sa mère, née sur l’île, ne parlait pas anglais quand

[…]

Aldana Vales

Lire l’article original

Source

Ce magazine numérique lancé en mai 2012 publie des reportages au long cours. “Amphibie” a été fondé par l’Universidad nacional de San Martín, avec le soutien de la fondation Nuevo Periodismo Iberoamericano, créée à l’initiative du romancier Gabriel

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items