À quel horizon peut-on espérer en avoir fini pour de bon avec la pandémie ?

Views: 11

Plus d’un an s’est déjà écoulé depuis le début de la pandémie de Covid-19, sans qu’on parvienne pour l’instant à en voir la fin : pour nous aider à tenir bon, The Atlantic analyse, saison par saison, comment nous devrions nous rapprocher d’une forme de normalité dans les mois à venir.

Début novembre, une première lueur d’espoir est venue poindre au bout du long tunnel de la pandémie : le laboratoire Pfizer annonçait avoir trouvé un vaccin efficace contre le Covid-19, rapidement suivi par Moderna. Après la validation et la production de vaccins américain, britannique, russe ou encore chinois, les campagnes ont commencé partout sur la planète pour vacciner le plus rapidement possible la population, en donnant la priorité aux plus fragiles.

Mais l’apparition de variants du Covid-19 est venue compliquer la donne, engageant plusieurs pays – dont la France – dans une course contre la montre pour éviter un nouveau pic de contaminations. Alors qu’approche la fin de cet hiver difficile, la question est dans tous les esprits : quand pouvons-nous espérer en avoir fini avec la pandémie ? C’est ce que tente de prévoir The Atlantic, qui propose un calendrier “probable” du retour tant attendu à la normale.

D’abord, souligne le magazine américain, il faut s’attendre pour le printemps 2021 à ce que “la vie quotidienne continue d’être loin de la normale”. “De mars à mai, c’est le grand mystère”, comme l’écrit le journal dans un autre article, principalement en raison des variants du Covid-19.

Malgré ces derniers, “les vaccins déployés actuellement semblent réduire le risque de formes graves, ce qui veut dire que de plus en plus de personnes seront protégées à mesure que progressent les campagnes de vaccination”. Pour Ashish Jha, à la tête de l’école de santé publique de l’université Brown, il sera donc possible “à la fin du printemps” de faire en toute tranquillité des “petits rassemblements”

[…]

Source

L’anticipation est l’un des points forts de The Atlantic depuis sa création en 1857. Cette vénérable publication, où écrivent les plumes les plus prestigieuses du moment, a su mieux que tout autre magazine américain prendre le

[…]

Lire la suite



Source link

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

£0.000 items